Conception – partie 1

Classé dans : Conception | 5

La création d’une ferme demande un peu de temps et de réflexion, d’autant plus lorsqu’il ne s’agit pas d’une reprise. Tout est à faire: structure juridique, aménagements, réseau de commercialisation, etc…

Je vais vous présenter ici d’où Benoît et moi sommes partis, et comment nous avons conçu l’aménagement du terrain.

1. Où ?

La Ferme de Kerhet est située en Bretagne, sur la commune de Caudan. La carte ci-dessous vous permet de localiser l’adorable petit village de Kerhet:

…Et sur cette photographie, vous pouvez voir les limites du terrain acquis par notre EARL (un peu plus de 5 ha):

2.Comment ?

Il y a une notion qui circule pas mal en ce moment: la « permaculture ». Ce concept est assez complexe pour que chacun y mette ses propres aspirations en terme d’écologie, d’art de vivre, de techniques agricole, etc… De fait, il y a tout un tas d’idées intéressantes à puiser, chez différents auteurs (Bill Mollison, Eliot Coleman) et même dans différentes fermes, car les concepts de la permaculture sont déjà largement mis en oeuvre (ferme du Bec Hellouin, les Jardins de la Grelinette, pour les plus célèbres).

Le cas des Jardins de la Grelinette, au Québec, est fort inspirant, car très documenté au travers du fameux ouvrage « Le Jardinier Maraîcher » de J.M. Fortier.

Ce modèle est notre base de réflexion pour l’aménagement du terrain de la Ferme de Kerhet.

Les planches permanentes

Nous avons décidé de cultiver tous nos légumes sur planches permanentes, car elles offrent de nombreux avantages. Je consacrerai un article plus détaillé.

Les parcelles

Après mûres  réflexions, il s’est avéré que le plus pratique était de regrouper nos planches sur des parcelles de 15*10 m. Dans un souci d’ergonomie, tout en ne perdant pas trop d’espace, chaque planche a une largeur de 75 cm, et les allées ont une largeur de 45 cm.

Les jardins

Pour éviter le développement des maladies et l’apauvrissement de la terre, il faut s’arranger pour ne pas cultiver les mêmes espèces aux mêmes endroits d’année en année. C’est ce que l’on appelle la « rotation des cultures ». L’idée est simple, mais lorsque l’on cultive une 40aine d’espèces de légumes, et plus d’une centaine de variétés, l’organisation des rotations doit être conçue comme une dentelle délicate.

Notre système de rotation nous a amené à diviser chacune de nos parcelles susnommées en 2 jardins.

Nos jardins sont donc constitués de 4 planches de 15 m de long.

Aménagement des jardins sur le terrain

Et nous voici au terme de cette réflexion. Après moult discussions, calculs et noircissage de papier, voici le plan d’aménagement de la Ferme de Kerhet:

Plus qu’à retrousser les manches !

Mais…Comment irriguer tout cela ? Ce vaste sujet fera l’objet d’un prochain article !

Eric.

5 Responses

  1. Gregory

    Bonjour,

    Actuellement en BPREA maraîchage bio à Pontivy, j’ai pour projet de m’installer en bio-intensif selon le modèle de J.M. Fortier. Avant cela, je dois présenter un dossier projet pour BPREA mais je ne trouve pas de « dossier type » susceptible de m’aider dans l’élaboration du mien. Seriez-vous disposés à me laisser jeter un œil sur le votre afin que je sache comment procéder?

    Cordialement,
    Gregory

    • EKernin

      Bonjour Grégory. Il n’y a pas vraiment de dossier type, à toi de formuler ce que tu souhaite pour ton projet. Je peux te transmettre le dossier que j’ai rédigé pour mon BPREA, qui était une prémice de la ferme de Kerhet actuelle.
      Eric.

  2. Brigitte Kerjoant

    Bonjour.
    Je viens de visiter votre site et j’ai vainement cherché si vous étiez agréé bio. Pouvez vous m’en dire plus?
    Merci par avance pour votre réponse.
    B Kerjoant.

    • Benoit Bouchard

      Bonjour,

      Nous avons récupéré des terres qui étaient exploitées en agriculture conventionnelle.
      Nous avons donc entamé les démarches afin de convertir nos terres en Bio.
      Ce processus dure 2 ans.
      Mais, nos techniques de cultures sont en total accord avec la charte Bio.
      Nous n’avons donc pas encore le label mais nous considérons nos légumes comme Bio.

      J’espère avoir répondu précisément à votre question.

      Cordialement,
      BOUCHARD Benoît

Laissez un commentaire